[vidéo] Japan in Motion saison2 #12 (2/2)


Article

[NOLIFE Saison 2 - #12] Le Mont Mitoku

Le Mont Mitoku, ou Mont des Trois Vertus, culminant à près de 900 mètres d'altitude, est un ancien sanctuaire de la secte bouddhiste Tendai situé dans la préfecture de Tottori.

C'est ici que le moine pèlerin Ennogyôja choisit d'établir un lieu de formation de moines en 706.

Depuis le onsen du village de Misasa, vous passez une grande porte Torii qui marque l'entrée de la promenade en montagne en direction du complexe de temples.

Le pèlerinage commence au pied des marches menant au temple de Sanbutsuji et de sa salle aux trésors abritant un grand nombre d'objets historiques liés au culte religieux.

La collection compte notamment sept statues en bois du bouddha Zao, classées patrimoine culturel.

Différentes études ont contribué à démontrer les liens étroits existant entre le Mont Mitoku, le Mont Heizan de Kyôto et le continent, en particulier la Chine.

Auparavant, vous pouvez faire une première escale et prier pour le bon déroulement de votre ascension dans l'un des petites temples Rinkôin, Kaijôin et Shôzen'in, où le prêtre en chef vous accueille chaleureusement et vous propose une visite guidée du jardin Shôzen aménagé sous l'ère d'Edo (1600-1867) et qui ceint la propriété.

N'hésitez pas à vous régaler des succulents plats végétariens servis dans la plus pur tradition Shôjin Ryôri, l'art culinaire des moines bouddhistes.

Une fois restauré, le pèlerin peut se rendre au point de départ de l'ascension situé au temple principal Hondô entouré de majestueux cèdres millénaires.

Après y avoir signé le registre, l'un des moines vérifie l'état de vos semelles et vous donne ou non son aval pour prendre la route.

Vous pouvez également chausser des Wara Zori, chausses traditionnelles en paille de riz.
Très confortables, elles offrent une qualité de marche indiscutable et accrochent sans effort le terrain, vous prévenant de chutes éventuelles.

Des gants ainsi que des amulettes vous sont également proposés.

L'ascension proprement dite démarre par le passage d'une porte vermillon et du petit pont de bois Yadoiribashi enjambant le cours d'un ruisseau de montagne marquant l'entrée dans le monde sacré.

Instantanément, l'atmosphère des lieux change et se fait plus propice à la méditation, faisant écho aux pulsations de votre cœur et de votre âme.

Le sentier, tracé par les pas des multiples pèlerins, est parfois difficile à discerner parmi les roches et la végétation.
Heureusement, vous pouvez assurer vos prises avec les racines des arbres qui courent entre les pierres.

Après une première quinzaine de minute d'escalade, vous atteignez la montée dite aux lianes kazura Zaka puis à celle de la chaîne Kusari Zaka.

Une fois passées ces étapes qui sont sans doute les plus difficiles, vous atteignez le premier temple, Monjudô, au sommet de la montagne.

La beauté de la vue est une récompense absolument exceptionnelle!

Déconseillée aux personnes sujettes au vertige, la galerie longeant les murs de bois du temple donne directement sur le vide et c'est précisément ce qui fait la majesté du lieu.

Un tel panorama n'est d'ordinaire offert qu'aux oiseaux...

Deux autres temples se succèdent à flan de montagne.
Le premier est le Jizôdô qui bénéficie d'un même point de vue que le précédent temple et le second, nommé Shôrôdô, est muni d'une grande cloche que vous pourrez faire sonner à trois reprises pour en savourer l'écho dans les montagnes avoisinantes.

Mais la randonnée ne s'achève pas ici.

En effet, il faut ensuite passer deux crêtes dite du dos de la vache Ushi no Se et du dos du cheval Uma no Se pour atteindre un autre ensemble de temples tout aussi magnifiques.

En particulier le Kannondô niché dans une grotte et dont il vous faudra faire le tour par l'arrière dans l'obscurité rafraîchissante de la caverne, puis après encore quelques pas vous atteindrez le Motoyuikakedô.
Enfin, au détour du rocher sur lequel se dresse le Fudôdô, vous ferez face au Nageiredô.

Selon la légende, ce serait le moine Ennogyôja qui, doté de pouvoirs magiques, l'aurait lancé par la force de son esprit au sein même de la falaise, au creux de la roche, d'où son appellation signifiant littéralement « Temple encastré ».

Son architecture caractéristique de l'époque Heian (794-1192) et sa beauté justifie l'action en cours afin d'inscrire ce lieu béni au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Il n'est plus possible d'y pénétrer mais, sa seule contemplation, à une trentaine de mètres de là, est un vrai ravissement.

La force brute de la pierre souligne la fragilité de la structure de bois donnant l'impression que les racines des arbres de la forêt environnante se sont rassemblées ici pour donner naissance à cet écrin spirituel.
Morgane

Japan in Motion saison2 #12 (1/2) JIM saison2 #12 (1/2)